Navigation Menu

Les vins de Sicile

La Sicile est riche en vignobles. Les terres autour de l’Etna produisent des blancs secs très minéralisés, et des rouges, appelés etna, titrant parfois 15°, et même plus. Du côté de Palerme, Casteldaccia produit le corvo, qui accompagne parfaitement la viande, et l’ala, un vin apéritif. Les îles Éoliennes (Salina principalement), volcaniques, produisent d’excellents vins doux comme le malvasia (malvoisie), qu’on peut rapprocher du xérès espagnol.

 

          corvo.jpg

 

Au centre et au sud-est de la Sicile, vous goûterez aux rouges cerauolo et nero d’Avola très puissants ou bien aux blancs de Donnafugata.
Au XVIIIe siècle, c’est un Anglais qui inventa le marsala pour concurrencer le monopole des Portugais avec leur porto : résultat, un vin très doux, à la limite du liquoreux. Pour ceux qui apprécient les digestifs doux-amers, on ne peut que conseiller l’amaro averna, un bitter consommé dans l’île à hauteur de 3 l par personne et par an.
Il existe bien entendu beaucoup d’autres vins, et même des itinéraires permettant de partir à leur découverte, notamment dans la province de Ragusa.
Ne soyez pas surpris si vous apercevez un Sicilien ajouter de l’eau dans son vin, c’est une pratique courante en Sicile. Ils appellent ça un « allongé » !

Bière sicilienne
La bière locale par excellence est la Messina, brassée à l’orge de Sicile. Les deux autres répandues dans toute la péninsule et brassées depuis le XIXe siècle sont la Peroni, blonde et légère – que l’on trouve toutefois moins facilement que sur le continent – et la Moretti, presque rousse, qui a donc bien plus de caractère.

Café
Tout le monde connaît l’incontournable espresso, mais rares sont les Italiens qui le demandent. En effet, certains le souhaitent ristretto (serré), lungo (allongé) ou encore macchiato (« taché » d’une goutte de lait). Si vous demandez un americano, vous obtiendrez, selon les endroits, un expresso double ou un café en poudre infâme. Le café au lait se dit latte caffè. À ne pas confondre avec le fameux cappuccino, coiffé de mousse de lait et saupoudré, si on le demande, d’une pincée de poudre de cacao. À moins que vous ne préfériez le caffè corretto, c’est-à-dire « corrigé » d’une petite liqueur.
Mieux vaut le boire debout au comptoir, à l’italienne (pour moins de 1 € le plus souvent)… Assis, il peut coûter jusqu’à cinq fois plus cher !

Chocolat
La cioccolata calda est, pour certains, meilleure que le cappuccino. Elle est tellement onctueuse qu’on dirait de la crème…
La capitale sicilienne du chocolat, c’est Modica. On y produit un chocolat maigre, parfois parfumé au piment, et travaillé à froid sans ajout de lait ni de beurre. Il laisse du coup une impression étrange en bouche, presque farineuse.

Eau
L’eau du robinet est potable. Néanmoins, elle n’est jamais servie dans les restaurants, où l’on vous propose toujours de l’eau minérale et où l’on vous regarde d’un drôle d’œil si vous insistez pour avoir une carafe.
Précisez « naturale » si vous souhaitez de l’eau plate, ou de l’eau gazeuse : « frizzante », « gasata » ou « con gas ».

 

Lire aussi :

Que boire à Malte ? 

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *