Navigation Menu
Le voyage d’Ulysse en Sicile

Le voyage d’Ulysse en Sicile

Tout au long du périple d’Ulysse que nous narre Homère dans « L’Odyssée », le roi d’Ithaque visite la Sicile au gré des caprices des dieux.

 

         image.jpg

                                                    Le voyage d’Ulysse en Sicile

 

Ulysse, s’attardant avec ses compagnons au pays des Lotophages (sans doute une escale dans l’île de Djerba, en Tunisie), embarque pourtant et quitte les côtes tunisiennes. Le vent du sud, le Notos, pousse alors l’expédition jusqu’aux pieds de l’Etna… Ulysse y découvre un pays habité par des créatures sauvages à un oeil, les cyclopes.

Ces géants avaient pour maître Polyphème, le fils d’Hephaïstos qui dévora une poignée des compagnons d’Ulysse avant que celui dont le nom est Personne ne se joue de lui et ne l’aveugle d’un pic affûté, provoquant une colère mémorable de Polyphème qui jeta des rochers immenses pour tenter de couler le navire d’Ulysse, fuyant au large de Catane.

Ulysse, au gré de ses pérégrinations, parvient sur une île « encerclée de bronze » : c’est là que vit Eole, dieu des vents, ce dieu à qui l’archipel des îles Eoliennes doit son nom. Ulysse y reçoit bon accueil. Eole lui fait même don d’une outre qui contient tous les vents dont il a besoin pour regagner Ithaque au plus tôt…

Mais alors que les côtes de la patrie d’Ulysse, où l’attend Pénélope, sont déjà en vue, voilà que la curiosité pousse les compagnons d’Ulysse, endormi, à ouvrir l’outre, déchaînant les vents qui ramènent le navire jusqu’au Stromboli…

Eole, en colère, refusera d’aider de nouveau Ulysse.

Résistant au chant des sirènes (au large de la ville de Sorrente), Ulysse et ses compagnons doivent traverser l’un des points les plus dangereux de la Méditerranée, le détroit de Messine (nommée le « port creux »).

Le détroit est gardé, selon la mythologie, par deux créatures redoutables demeurant de part et d’autre du rivage : Charybde, fille de Poséidon et de Gaia, et Scylla, une nymphe que la magicienne Circé avait transformée en monstre, gardant les portes de la Calabre.

 

Lire aussi : 

Le mythe d’Ulysse et l’Odyssée

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *