Navigation Menu
Sardaigne

Sardaigne

À la différence de la Sicile, la Sardaigne est relativement peu peuplée. Vaste quadrilatère de 270 km sur 110 km, situé à 200 km à l’ouest des côtes italiennes, l’île présente des caractères bien particuliers.

 

image.jpg

Sardaigne

 

Du point de vue physique, l’île est un élément du socle granitique parcouru de nombreuses failles, recouvert par endroits d’une couverture sédimentaire et faisant place, à l’ouest, à d’épaisses accumulations volcaniques. Plateaux et montagnes aux formes lourdes dominent (massif de Gennargentu), d’où une impression de massivité. Les plaines (moins de 20 % de la superficie) sont peu développées, la principale étant celle du Campidano, au sud-ouest de l’île.

 

Le climat méditerranéen est ici altéré par l’altitude, la fréquence et la violence des vents, l’humidité atmosphérique. Il en résulte un paysage végétal marqué par le maquis.

 

La Sardaigne a été soumise au cours des siècles à diverses vagues de colonisation et la population s’est réfugiée vers l’intérieur des terres pour résister. L’Unité italienne n’a pas changé son état de quasi-colonie, mais, depuis 1948, des transformations notables ont lieu. La population augmente, ainsi d’ailleurs que l’émigration vers le continent. De nombreux Sardes quittent la montagne pour les plaines littorales et les villes, dont les principales sont les quatre chefs-lieux de province : Cagliari, Sassari, Nuoro et Oristano.

  

Les activités rurales demeurent importantes. L’île est d’abord une grande région d’élevage ovin (le tiers du troupeau italien) en dépit d’une crise de la société pastorale. L’agriculture, qui a bénéficié des travaux d’irrigation, repose sur les céréales, la vigne, les arbres fruitiers et les cultures maraîchères. L’exploitation du chêne-liège se maintient. L’industrie s’est développée. À côté des traditionnelles activités extractives (plomb, zinc), de nouveaux foyers industriels ont été implantés : la papeterie à Arbatax, la métallurgie de transformation à Portovesme, la pétrochimie à Porto Torres et à Cagliari, la chimie à Nuoro.

 

Le tourisme a connu un vif essor, en particulier dans la Gallura, au nord-est, sur la luxueuse Costa Smeralda, notamment autour de Porto Cervo.

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *