Navigation Menu
Pantelleria

Pantelleria

Au sud de la pointe la plus occidentale de la Sicile et bien plus proche de l’Afrique que de l’Europe, réside la « perle noire de la Méditerranée », l’île volcanique de Pantelleria, d’une superficie de 86 km carrés, située à 70 km de la côte tunisienne et à 85 km de la Sicile.

 

image.jpg
Pantelleria

 

 

La plus grande de toutes les îles siciliennes a été le premier point d’entrée de l’invasion arabe de la Sicile, au huitième siècle après J.-C. et son nom provient de l’arabe « al-Bint Rion » qui signifie Fille du vent. 

Pantelleria est l’une des petites îles les plus caractéristiques de la Sicile et ne fait pas partie d’un archipel comme les Égades ou les Éoliennes. Sa côte rocheuse, parfois spectaculaire, parfois douce, s’étend sur un peu plus de 50 kilomètres, mais renferme de nombreuses choses.

Historiquement parlant, comme la plupart des îles situées en plein milieu de la Méditerranée, les civilisations dominantes (notamment les Phéniciens, les Romains, les Arabes et les Espagnols) sont venues et reparties, laissant tous leur empreinte dans un mélange de cultures entrelacées. Cependant, avec seulement 48 kilomètres de haute mer séparant Pantelleria de la Tunisie, les influences arabes sont ici les plus manifestes. Les maisons traditionnelles, ou « dammusi », ont été construites pour la première fois au Xe siècle, pendant la domination du Maghreb, et les deux vins locaux les plus célèbres, le Moscato et le Passito, sont fabriqués à partir de raisins Zibibbo, importés par les Arabes, et de nombreux noms de lieux arabes demeurent.
Comme l’origine du nom pourrait le laisser penser, le climat est dominé par les douces brises qui soufflent presque continuellement, ce qui maintient la température en dessous d’un point critique durant les mois d’été et repousse au loin les nuages de pluie en hiver (les précipitations annuelles moyennes sont seulement de 350 mm).

L’intérieur de l’île est caractérisé par des murs en pierre de lave, plusieurs sommets volcaniques et des dammusi dispersés. Ces maisons, construites en pierre de lave locale, sont recouvertes de toits en forme de dôme qui, grâce à leur forme, servent également à collecter l’eau de pluie. Les murs épais gardent la fraîcheur à l’intérieur en été et apportent une isolation en hiver. En règle générale, des écuries, une cour et un four à bois se situent autour des principaux quartiers d’habitation. Les dammusi ne comportent qu’un étage, et, grâce à leur couleur, se mélangent à la campagne environnante, en ne modifiant pratiquement pas la disposition générale de la terre.
Il est également intéressant de pousser vers les terres pour visiter la Montagna Grande, un parc national, et le plus haut sommet de l’île, qui, à 836 m offre une vue magnifique non seulement sur Pantelleria et la mer, mais aussi, par temps clair, sur la côte nord-africaine. Sur les contreforts du nord-est de la montagne, vous trouverez « Lo Specchio di Venere » (Miroir de Vénus), un lac volcanique alimenté par des sources thermales. Son nom provient de la légende selon laquelle Vénus se serait arrêtée ici pour s’admirer et pour comparer sa beauté à celle de Psyché, sa rivale en amour. Bien qu’étant le centre des sports nautiques et des thermes, cet endroit est aussi le refuge d’un grand nombre de types d’oiseaux qui prennent ici une pause, au cours de leurs marathons migratoires.

Mais c’est bien entendu la mer qui attire la plupart des visiteurs. 300 mètres de falaises, de criques, de cavernes et de grottes, longent la côte et rendent le tour de l’île vraiment intéressant à faire. Le symbole de l’île, ou du moins la particularité la plus photographiée, est « l’Éléphant », un éperon d’érosion qui est toujours relié au continent. La légende locale veut que lorsque l’île est à court d’eau, l’éléphant aspire l’eau de mer pour remplir les réservoirs !

Parmi les belles plages de Pantelleria on peut citer Martingala, Balata dei Turchi, Faraglione et Arco dell’Elefante, qui ont des accès faciles. De nombreuses plages sont situées dans des criques joignables en bateau. A visiter: les magnifiques grottes chantées par Homère, qui place dans l’une d’entre elles l’héroine Calypso, dont Ulysse tombe amoureux. 

L’eau de la mer environnante indique que la diversité des espèces marines est impressionnante et que plusieurs espèces, comme les phoques moines, qui ne sont plus visibles dans d’autres secteurs de la Méditerranée, peuplent les eaux. Des bancs de dauphins sont aussi des visiteurs fréquents et offrent l’occasion d’une excellente plongée.
Pantelleria a également beaucoup à proposer d’un point de vue gastronomique. Comme toute île qui se respecte, le poisson est roi, et d’excellente qualité. Parmi les autres spécialités locales qui sont à essayer, on trouve la ricotta et les raviolis à la menthe, le pesto pantesco (huile d’olive, tomates, ail, basilic et poivrons), les câpres (l’un des principaux produits agricoles de l’île), le couscous de poisson, et le Sciakisciuka, un ragoût méditerranéen épicé servi avec des courgettes. Tout cela pouvant être accompagné d’une bonne dose de Passito di Pantelleria, un vin de dessert vraiment excellent. 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *