Navigation Menu
Histoire des Iles Eoliennes

Histoire des Iles Eoliennes

Les septs îles qui pointent à la surface de la mer et font face à la côte nord orientale de Sicile sont de nature volcanique, âpre et sauvage.

 

image.jpg

Les iles Eoliennes, au nord-est de la Sicile

 

Le mythe suggère qu’elles furent les demeures du Dieu du Vent, Eole, et qu’Ulysse y aurait séjourné. Réfugié dans l’île entourée de murs de bronze (probablement Lipari), il y aurait rencontré le monstre Polyphème et ses compagnons légendaires, forgerons sous le commandement du Dieu du feu (dont l’île Vulcano se réclame).

Les éoliennes étaient des volcans sous-marins qui ont émergé des eaux il y a environ 700 000 ans dans l’ordre suivant : Panarea, Filicudi, Alicudi, Salina, Lipari, Vulcano et enfin Stromboli, qui a environ 40.000 ans. La toute dernière émersion fût celle Vulcanello (petite péninsule à côté de l’île de Vulcano), advenue en 183 avant JC. Les dernières coulées en provenance du mont Pelato (Lipari) sont advenues il y a environ 1500 ans.

Les éruptions volcaniques se sont succédé au fil des ans pendant des millénaires. Du fait de leurs différentes natures, elles ont engendré des phénomènes variés : La pierre ponce, tellement légère qu’elle peut flotter sur l’eau. Mais également la lave qui, une fois refroidie, formait un verre volcanique noir et tranchant. Ce verre : l’obsidienne était tellement tranchant qu’il fût utilisé pour la fabrication d’outils aiguisés.

L’exportation de l’obsidienne dans toute la méditerrannée a permis à Lipari, notamment, de bénéficier d’une grande richesse économique. Aux environs des 2500 ans avant JC, avec l’avènement de l’ère du métal, le marché de l’obsidienne a perdu beaucoup de son importance. Cependant, grâce à son excellente position géographique, Lipari n’en a pas trop souffert. Vers la fin de l’ère du bronze et le début de l’aire du fer, Lipari fût envahie par un peuple en exil qui avait été chassé de la péninsule italienne. Leurs productions artisanales nous laissent penser qu’ils appartenaient à la civilisation « villanoviana ». dans les siècles VII et VI avant JC, les éoliennes ont été pillées par les invasions étrusques. La colonisation grecque viendra ensuite changer le cours des choses.

En 580 avant JC des exilés et aventuriers en provenance des colonies spartes de Cnido en Asie mineure débarquent à Lipari. Ils s’allient à la population locale et chasseront les étrusques. En 264 avant JC, lorsque la première guerre punique explose, Lipari s’allie avec les Cartagénois, subissant alors des attaques à répétition de la part de la flotte romaine. En 252 avant JC, le consul de Rome Caio Aurelio parvient à soumettre les îles à Rome.
À la chute de l’empire romain, les îles traversent une période difficile. La domination bizantine accentue cette décadence qui se prolongera avec l’occupation arabe de 827 à 1061. Les normands permettront aux îles de prendre un nouveau départ. Le grand comte Ruggero fera en sorte qu’une communauté bénédictine puisse s’y installer. En 1131, l’évêché de Lipari est reconstitué. Les îles éoliennes profiteront d’une nouvelle période de prospérité grâce aux privilèges que leur concèderont ces différents gouverneurs.

En 1544, une flotte turque détruit Lipari après 11 jours d’assault et remporte avec elle 8000 habitants qui seront destinés à l’esclavage. Après une longue période de reconstruction, les habitants des îles parviendront à nouveau à atteindre le nombre de 10 000 en 1691. Au début du XIX siècle, Lipari redevient l’escale obligatoire de plusieurs lignes maritimes, ce qui contribue fortement au développement économique et démographique des îles éoliennes. En 1891, les habitants sont plus 20 000 mais une crise économique liée au phylloxera provoquera la destruction de nombreuses vignes et conduira à l’exil de quasiment 50% des habitants des îles.

Aujourd’hui, l’industrie extractive, l’agriculture, la pêche et le tourisme sont les composantes principales de l’économie éolienne. La pierre ponce alimente l’industrie extractive, l’agriculture éolienne concerne essentiellement la production de câpres mais aussi de raisins secs et par dessus tout du fameux vin malvasia, connu dans le monde entier pour sa qualité et ses caractéristiques uniques. Au cours des cinquante dernières années, le boom touristique a conduit à un bien être économique sans précédent. Les éoliens sont très attachés à la conservation de ce leadership touristique. En 2000, les îles éoliennes ont été déclarées Patrimoine Culturel de l’Humanité par l’UNESCO.

 

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *