Navigation Menu

Habitée dès la préhistoire, la Sardaigne connut un certain développement culturel aux âges des métaux, grâce à l’exploitation de ses minerais. De ces  temps anciens subsistent des monuments, dolmens et surtout nuraghi.  
L’île est occupée ensuite par les Phéniciens (VII ème siècle avant J.-C.), par les colons grecs (VIème siècle) et, puis par les Carthaginois. 

Les Romains prennent leur place à partir de 238, mais la pacification est très  laborieuse.
Province sénatoriale, puis impériale, pays malsain, resté assez  sauvage, la  Sardaigne est un lieu de déportation, en particulier pour les chrétiens employés  dans les mines. Elle procure aussi à Rome une partie de son ravitaillement  en blé.

 

Occupée par les Vandales  (Vème siècle après J.-C.), elle est reconquise  par Bélisaire, et des moines du Mont-Cassin s’y établissent. Cependant, à partir du VIII ème siècle,  de multiples incursions de Sarrasins dévastent les côtes. Pour s’en affranchir, les Sardes,  virtuellement indépendants, font appel à Pise et à Gênes, qui la libèrent des pirates, pour mieux la posséder.

L’île s’organise politiquement à partir du XIème siècle. La lutte pour le contrôle du territoire, avec les Pisans au nord-ouest et les Génois au sud-est, s’achève par la victoire des Génois à la Meloria (1284).

Le pape Boniface VIII  attribue la souveraineté de la Sardaigne à l’Aragon et Jacques II en fait la conquête, à partir de 1323. Une révolte prend la forme d’une guerre civile d’un demi-siècle,  jusqu’à la chute de Sassari en 1420.
En 1478  est instauré un régime de vice-royauté. L’influence espagnole se  développe. 

 

Conquise en 1708 par les Anglais lors de la guerre de la succession d’Espagne, l’île est livrée à l’Autriche et finalement échangée avec le duc de Savoie contre la Sicile en 1718-1720. Dès lors, elle suit la destinée des États sardes, dont elle est une dépendance  lointaine et arriérée, refuge des souverains de Savoie pendant la période  révolutionnaire (1798-1814). Elle est d’abord rattachée au Piémont avant d’être intégrée au royaume d’Italie en 1861. Son particularisme et  son  pauvre développement lui ont valu d’être reconnue en 1948 comme région autonome.

 

 

(lire aussi :  Géographie de la Sardaigne )

(lire aussi :  La Corse, au coeur de la Méditerranée )

(lire aussi :  Sicile : la plus grande île de la méditerranée )

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *