Navigation Menu
Cargese

Cargese

Terre de beauté, la Corse s’imposait sur le passage de nombreux voiliers, à l’exemple de certains vaisseaux grecs, fuyant la tyrannie et la barbarie ottomane durant le XVIIe siècle. Et après plusieurs étapes dans les villes de l’île, c’est sur le côté ouest que les grecs se fixèrent enfin, à Cargèse.

Bien que leur présence ne dérangeât pas les génois, la petite communauté grecque vécut pendant près de deux siècles refermée sur elle-même, en conservant sa langue, ses traditions, et sa religion. Ouverte aux autres assez tardivement, c’est cette histoire qui donne tout le charme de Cargèse, dotée d’une rare architecture.

            DSCN5243 [1024x768].JPG

                                                                 Cargese

 

Ses deux églises se complètent, symbolisant le passage de plusieurs civilisations en son lieu. L’église latine, toute blanche, surplombant la mer, et l’église grecque, édifiée au XIXe siècle. Le petit port de plaisance est tout aussi plaisant à parcourir, sans oublier  les plages : Chiuni, Menasina, Stagnoli et d’autres, plus au moins sauvages.

 

Cargèse, contrairement au reste de la Corse n’est pas un village aux maisons blanches avec terrasses, parce qu’il n’a pas été construit par les Corses. 

 

Les Grecs établis à Cargèse, vivant repliés sur eux-mêmes, ont donc maintenu leur culture et leurs traditions et même leur langue. En plus de l’architecture typique grecque du lieu, il est possible de visiter aujourd’hui l’unique église orthodoxe de l’île, qui date du 19ème siècle. Elle se situe exactement en face de l’église chrétienne toute en blancheur. Elle surplombe les magnifiques plages corses, dont beaucoup sont encore pratiquement sauvages. Plus bas sur la route, un rocher sculpté en forme de bateau commémore l’arrivée des grecs sur l’île en 1676.

 

Il ne faut surtout pas rater la visite de la tour génoise de Cargèse, construite pour prévenir les habitants de l’île d’un éventuel danger. Elle fait partie d’une série de tours qui servaient à relayer l’alerte avec des torches. Aujourd’hui, il ne reste plus que deux tours. La vue du sommet sur l’île et la mer est à couper le souffle.

 

Lire aussi : 

Réserve de Scandola 

La Corse, au coeur de la Méditerranée 

La citadelle de Calvi

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *