Navigation Menu

Marsaxlokk est une grande baie au Sud-est de Malte.

C’est dans cette baie (également surnommée Marsasirocco, la baie du sirocco) située à une douzaine de kilomètres de La Valette, que débarquèrent les premiers marins phéniciens pour installer, au IXème siècle avant J.-C., des comptoirs sur l’île.

Au cours du Grand Siège, Marsaxlokk servit également de mouillage à la flotte turque. Aujourd’hui, ce petit village est devenu le plus grand port de pêche de l’île. C’est aussi le plus pittoresque avec ses luzzi, embarcations vivement colorées et ornées à l’avant d’un oeil, en référence à Osiris, et son marché aux poissons dominical.

Lire la suite»
Le drapeau de Malte
12 mai2017

Ce drapeau se compose de deux bandes verticales de même largeur. La bande du côté de la hampe est blanche, et celle qui est à l’extérieur est rouge. Dans le coin supérieur, côté hampe, figure la croix de Saint Georges, dont les contours sont tracés en rouge, et le motif central en noir sur fond blanc.

 

mt-lgflag.gif

 

 

Selon la légende, les couleurs sont tirées de la bannière rouge et blanc à damier du comte Roger de Sicile et remontent à l’an 1091.

 

Une explication plus certaine est que ces couleurs sont celles des Chevaliers de St Jean de Malte qui ont régné sur l’île de 1530 à 1798. En 1942, le roi George VI du Royaume-Uni a décerné la croix de George aux insulaires pour leur bravoure exceptionnelle au cours de la Seconde Guerre Mondiale. Depuis l’indépendance en 1964, la Croix de Guerre bordée de rouge est apparue directement sur le champ blanc.

Lire la suite»

A Malte, la Chrétienté a presque 2000 ans d’histoire. La religion chrétienne est apportée par l’apôtre Paul en personne, vers l’an 60.

Paul devait être emmené à Rome pour y être jugé comme rebelle politique, mais le bateau qui le transportait avec 274 autres passagers fut pris dans un violent orage, pour aller seulement faire naufrage deux semaines plus tard sur les côtes maltaises.

Tous les naufragés purent rejoindre la terre.
Le lieu du naufrage est traditionnellement connu sous le nom d’île Saint Paul. Une statue commémore l’évènement.

L’accueil réservé aux rescapés est décrit dans les Actes des apôtres (XXVIII) selon Saint Luc. Et, quand ils furent sains et saufs, ils apprirent que cette île se nommait Melita.

Le peuple « barbare » fit preuve d’une réelle générosité, car ils allumèrent un grand feu et accueillirent chacun. Le terme de « barbare » utilisé par Saint Luc indique que ce peuple ne parlait ni grec, ni romain, car le maltais ancien provient du phénicien.

Une fois le grand feu allumé, Paul fut mordu par un serpent venimeux mais ne souffra d’aucun mal. Ses hôtes en conclurent que c’était un homme hors du commun. Cette scène est dépeinte dans de nombreuses œuvres religieuses à travers l’archipel.

Selon la légende, Saint Paul se réfugie dans une grotte, connue aujourd’hui sous le nom des catacombes de Saint Paul à Rabat, sur l’île de Malte.

Pendant son séjour hivernal, il est invité dans la maison de Publius, gouverneur romain de Malte. C’est là, toujours selon la légende, qu’il réussit à guérir le père de Publius en imposant ses mains sur le corps du malade. Publius se convertit ensuite au christianisme et devint le premier évêque de Malte. La cathédrale de Mdina serait située à l’emplacement de l’ancienne maison de Publius.

Quelle que soit la légende, des preuves archéologiques indiquent que Malte était très certainement l’une des premières colonies romaines à se convertir au christianisme. 

 

Lire aussi : 

Malte, sentinelle de la Méditerrannée

Lire la suite»

St Paul’s shipwreck : St Paul’s Bay or St Thomas Bay ?
Source : The Malta Independent, 25th April 2010

 

… just before Pope Benedict XVI visited Malta to celebrate the 1,950th anniversary of St Paul’s shipwreck on the island, a video that claimed St Paul had been shipwrecked in St Thomas Bay and not in St Paul’s Bay as tradition has it, was circulated by e-mail through youtube.

After four centuries of Pauline tradition in Malta, many firmly believe that St Paul’s vessel ran aground in St Paul’s Bay or close to St Paul’s Islands, (Selmunet as it is commonly referred to by Mellieha residents), which got its name from St Luke’s account of the shipwreck.

The short documentary was produced by a certain Bob Cornuke, an American who claims to be a former forensic scientist and now heads the BASE (Bible Archaeology, Search and Exploration) Institute.

The Malta Independent on Sunday caught up with two key people to learn more about divergent theories on where St Paul was really shipwrecked.

James Mulhulland (picture) believes that St Paul was shipwrecked in St Thomas Bay and tends to agree with Mr Cornuke’s theory, while Mark Gatt, an experienced diver with a passion for the St Paul story, supports the theory that St Paul was shipwrecked not in but close to St Paul’s Bay, in Salini Bay.

St Paul’s travels in the Acts of the Apostles

Being a mariner himself, St Luke was in a position to give a detailed account of St Paul’s voyages from a place that used to be known as Adramyttium in the Middle East of the Roman era, to Europe.

We boarded a ship from Adramyttium about to sail for ports along the coast of the province of Asia, and we put out to sea,” wrote St Luke.

It is thought that they were sailing on board a massive Alexandrian ship. Such a ship was used to export grain from Egypt to other Mediterranean countries. Grain was indispensable because the grain trade was the basis of the economy at the time.

It is also thought that they were not travelling in the sailing season, probably in October or November, despite the fact that Malta celebrates St Paul’s shipwreck in February, but the captain had a cargo to deliver and had 276 prisoners, including St Paul, to hand over to a centurion in Rome named Julius, who belonged to the Imperial Regiment. St Luke also says that St Paul warned the centurion and the ship’s captain about the inclement weather.

St Luke often made reference to the bad weather they experienced : 

“From there (Sidon) we put out to sea again and passed to the lee of Cyprus because the winds were against us. When we had sailed across the open sea off the coast of Cilicia and Pamphylia, we landed at Myra in Lycia. There the centurion found an Alexandrian ship sailing for Italy and put us on board. We made slow headway for many days and had difficulty arriving off Cnidus. When the wind did not allow us to hold our course, we sailed to the lee of Crete, opposite Salmone. We moved along the coast with difficulty and came to a place called Fair Havens, near the town of Lasea.”

He dedicates a whole chapter to the bad weather experienced since leaving the harbour: 

A gentle south wind began to blow, they thought they had obtained what they wanted; so they weighed anchor and sailed along the shore of Crete. Before very long, a wind of hurricane force, called the ‘northeaster’, swept down from the island. The ship was caught by the storm and could not head into the wind; so we gave way to it and were driven along. As we passed to the lee of a small island called Cauda, we were hardly able to make the lifeboat secure.”

In his next chapter, St Luke goes into detail of the shipwreck. After 14 nights on board a ship being tossed to and fro by the waves, the sailors took soundings, which indicated that they were approaching land. Although they were experienced sailors, St Luke says that they could not recognise the island.

When daylight came, they did not recognise the land, but they saw a bay with a sandy beach, where they decided to run the ship aground if they could. Cutting loose the anchors, they left them in the sea and at the same time untied the ropes that held the rudders. Then they hoisted the foresail to the wind and made for the beach. But the ship struck a sandbar and ran aground. The bow stuck fast and would not move, and the stern was broken to pieces by the pounding of the surf.

St Luke gives various details that have led historians to try and identify the bay in which St Paul run aground.

 
The St Thomas Bay theory

Mr Mulholland who had met Mr Cornuke when he visited the Maltese islands recently, explained in detail this theory, which goes against the tradition that St Paul was shipwrecked in the northern part of the island.

According to Mr Cornuke, St Paul was shipwrecked in St Thomas Bay. He basically took four factors mentioned in the Acts of the Apostles and matched them to the geographical features of St Thomas Bay.

Basically, he wanted to find a bay with a sandy beach, a sand bar where two seas meet in an area where the seabed is 90 feet deep and a place the sailors would not have recognised.

St Thomas Bay fits exactly with this assumption, Mr Mulholland explained, as it has a sandy beach with Munxar Reef probably being the sand bar referred to in the Acts, explained Mr Mulholland, whose passion for St Paul’s story started after an outing to St Paul’s Islands.

The seabed at Munxar Reef is also approximately 90 feet deep and it was a bay the sailors couldn’t have recognised because it was not a port. Doubts cannot be cast on these four aspects that were scientifically proven, he said.

He believes that St Paul’s Bay is too wide for the ship to get stuck on a reef and at the time St Paul’s Bay was a port so they would have recognised it.

Back in the 1960s, Maltese divers found a number of Roman era anchors lying on the seabed of the Outer Munxar reef. The four anchors found there are displayed at the Maritime Museum. Cornuke claims these are the anchors of St Paul’s ships.

However, this claim has been disputed by many.
St Paul’s Bay or Salini Bay ?

We also spoke to Mark Gatt, who supports the idea that St Paul was shipwrecked in the northern part of the island. He believes that St Paul was shipwrecked towards Salini Bay rather than St Paul’s Island. Mr Gatt who is a diver and a civil protection volunteer, had found an anchor outside Salini Bay, after studying Commodore Salvino Scicluna’s map. The anchor has two inscriptions, ‘Isis’ and ‘Sarapi’ carved in the surface of its led.

According to Mr Gatt, similar lead anchor stocks were in use for approximately 200 years, from 100 BC to 100 AD. It could be that many of the stocks found originally may have had inscriptions that would have eroded after 2000 years underwater. This one was preserved as it was discovered on its side with the inscription buried in the sand. In fact the last letter in SARAPI might have been an ‘S’, which had been eroded due to the weight of the stock in the middle and the ends having been found above the sand.

This map, chartered in the late 1960s and early 1970s, when scuba diving started being used for research purposes, indicated a number of old anchors on the seabed outside Salini Bay. Commodore Scicluna’s map showed some six to eight anchors on the Salini seabed, some of which were unfortunately stolen, explained Mr Gatt.

He added that in the Roman era Salini bay was a port. It was only when the Knights came to Malta that the bay was turned into salt pans. Before that the sea came up to the area known as Burmarrad and used to be mostly marshland. This coincides with the number of locations such as St Publius villa in San Pawl Milqi, which tradition says St Paul visited during his short stay in Malta.

 

Lire aussi : 

St Paul à Malte

Lire la suite»

La présence phénicienne est attestée sur l’archipel maltais vers 800 avant notre ère. C’est d’ailleurs dans ces îles méditerranéennes que fut découverte l’inscription bilingue en grec et en phénicien qui permit de déchiffrer le phénicien. Il est donc probable que cette langue y fut parlée au moins jusqu’à l’arrivée des Grecs, deux cents ans plus tard. Ceux-ci furent supplantés par Carthage du Ve siècle av. J.-C. à 218 av. J.-C., avant que Rome n’assure sa domination (de 218 av. J.-C. à 870).

Malgré une présence d’un millénaire, les historiens doutent que Malte ait été entièrement romanisée. L’argument le plus souvent avancé repose sur le récit par saint Luc du naufrage de saint Paul à Malte aux alentours de l’an 60 (Actes des apôtres, chapitre XXVIII, I) : les habitants de l’île y sont qualifiés de « barbares », terme alors réservé aux peuples qui ne parlaient pas le latin. Parlent-ils grec, punique, voire encore phénicien, et peut-être aussi, pour certains du moins, latin, lorsque, en 870, les troupes musulmanes venues de Sicile débarquent dans l’archipel ? La seule certitude est que, en 1090, lorsque Roger de Hauteville, comte de Sicile, reconquiert Malte pour la chrétienté, les Maltais parlent une variété d’arabe.

Aujourd’hui encore, c’est une forme très évoluée d’arabe maghrébin, devenu le maltais, qui est la langue maternelle des quatre cent mille habitants de l’archipel. Les changements politiques et religieux qui suivirent la reconquête chrétienne n’y ont rien changé.

Deux faits curieux intriguent les spécialistes. D’une part, l’absence de vestiges archéologiques de la période arabe, les plus anciennes traces remontant à l’époque où les Normands avaient déjà repris l’archipel aux musulmans. D’autre part, en dehors du nom des deux îles principales, Malte et Gozo, l’absence de tout toponyme qui remonterait à une période antérieure à l’émergence de l’arabe. Il est bien connu que les conquêtes et invasions ayant conduit à l’instauration d’une nouvelle langue n’entraînent pas la disparition de toute trace de l’ancienne. Ainsi, la disparition du celte au profit du latin, après la conquête romaine de la Gaule, et l’adoption du latin par les Gaulois n’ont pas effacé les toponymes celtes en France. Pourquoi donc Malte a-t-elle échappé à cette règle ?

Massacres et déportations

Un géographe arabe du XVe siècle, al-Himyarî, reprenant vraisemblablement des œuvres disparues d’un autre géographe arabe contemporain de la fin de la domination musulmane, al-Bakrî (1020-1094), mentionne que les îles furent vidées de leur population à la suite de la conquête arabe et repeuplées par les musulmans et leurs esclaves chrétiens venus de Sicile à partir de 1048-1049 seulement. Il n’est pas exclu que quelques occupants aient tout de même échappé aux possibles massacres ou déportations. Si cela était confirmé, cela signifierait que les musulmans auraient régné sans partage sur l’archipel pendant quarante-deux ans seulement (1048-1090). L’éventuel dépeuplement des îles maltaises expliquerait donc les deux énigmes, archéologique et linguistique.

Aujourd’hui, la langue maltaise frappe par le singulier mélange qu’elle constitue : grammaire, mots et sonorités à l’évidence arabes, mais aussi siciliens, italiens et même anglais. Pour comprendre comment et pourquoi le maltais a évolué comme il l’a fait, il est indispensable de le resituer dans son contexte socio-historique.

Tout au long du Moyen Age, jusqu’à l’installation, en 1530, des chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, Malte passe successivement sous la coupe des Normands, des Souabes, des Angevins, des Aragonais, puis des Castillans, avant de tomber sous celle du royaume de Sicile aux XIVe et XVe siècles. Centre géographique de la Méditerranée, offrant des ports naturels abrités, l’archipel est aussi au centre des rivalités entre musulmans et chrétiens. C’est un important carrefour commercial, un passage quasi obligé sur la route de la soie et une plaque tournante de la piraterie, avec son lot de razzias et d’esclavage. La démographie du haut Moyen Age se caractérise par la présence encore majoritaire des musulmans.

En 1249, l’empereur Frédéric II expulse les derniers musulmans. Il est probable que beaucoup se convertirent alors au christianisme. C’est aussi à cette époque que s’installent progressivement un petit nombre d’Italiens, rapidement assimilés : marchands pisans, génois (et aussi catalans), travailleurs siciliens et italiens. Au XIIe siècle, de nombreux esclaves musulmans sont emmenés à Malte après la chute de Tripoli. A partir du siècle suivant, l’archipel est pleinement intégré dans le monde socio-économique sicilien et aragonais.

Toutefois, en dehors de l’installation de familles régnantes venues de Sicile et d’Aragon, les mouvements migratoires sont surtout rythmés par les razzias et les déportations : en 1224, après une révolte, la population de Celano, dans les Abruzzes, est déportée à Malte ; tout au long des XIVe et XVe siècles, les razzias maures sont fréquentes et, en 1429, l’une d’entre elles se solde par la perte de 10 % de la population. De leur côté, les pirates maltais et chrétiens continuent de réduire en esclavage des musulmans.

Le maltais étant encore une langue orale, en dehors des toponymes et des patronymes retrouvés dans les actes notariaux, on n’a que très peu de traces de la langue du Moyen Age. Ce sont le latin, d’abord, le sicilien, ensuite, qui servent de langues écrites et administratives.

En 1530, l’empereur Charles Quint fait don de l’archipel à l’ordre guerrier et hospitalier des chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem. Les chevaliers, en majorité français, espagnols et italiens, s’installent avec leurs serviteurs, leurs soldats, ainsi qu’avec des Rhodiens. La population quintuple en presque trois siècles de présence et passe de vingt mille à cent mille habitants, par accroissement naturel, mais aussi grâce aux migrants. La construction de la cité-forteresse de La Valette, après le grand siège par les Turcs en 1565, provoquera un afflux de travailleurs, venus vraisemblablement de la Sicile voisine.

Toutefois des raids dévastateurs des corsaires se poursuivent encore au XVIe siècle : en 1551, toute la population de Gozo est massacrée ou emmenée en esclavage par le célèbre pirate Dragut. Les XVIIe et XVIIIe siècles sont eux aussi marqués par l’intense rivalité entre corsaires musulmans et maltais (au service tant de l’Ordre que de la bourgeoisie maltaise). Au début du XVIIIe siècle, Malte comptait encore dix mille esclaves tunisiens et algériens. La seconde moitié du XVIIe siècle voit le déclin du pouvoir espagnol et la montée d’une forte influence française au travers du commerce maritime. Les conditions d’un mélange linguistique plus intense que précédemment sont réunies. Avec une dimension supplémentaire : l’italien toscan est désormais la langue de la cour de justice, des notaires et de l’administration.

C’est aussi en italien que les intellectuels maltais s’expriment du XVIIe au début du XXe siècle, même si, au XIXe siècle, commence à se développer une littérature en langue maltaise. L’italien fut jusqu’au XIXe siècle la langue d’enseignement et celle des couches cultivées. Même si l’on peut soupçonner que l’influence du sicilien et de l’italien fut moindre sur le parler des Gozitains et des paysans analphabètes que sur celui des citadins, des liens étroits avec la Sicile ont continué sous la domination des chevaliers, et des administrateurs, commerçants, artisans, marins et pêcheurs parlant le sicilien et l’italien ont afflué dans les îles maltaises.

Des néologismes issus de l’arabe

Il ne faudrait cependant pas négliger, bien qu’il soit difficile à évaluer, le rôle conservateur de la présence de nombreux esclaves musulmans arabophones sur l’île. Le grammairien Mikiel Anton Vassalli écrivait ainsi, à propos du dialecte de La Valette et des bourgs voisins, que l’influence de l’arabe y était assez nette, à cause, supposait-il, du grand nombre de prisonniers musulmans. On sait aussi que l’arabe classique fut enseigné à Malte dès 1632, d’abord dans les ordres religieux à des fins prosélytes, puis, pendant la période britannique, dans le système universitaire et scolaire, avec des succès inégaux. La vie intellectuelle maltaise fut par ailleurs, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, fortement marquée par une tendance, dite « sémitisante », qui conduisit à la création de nombreux néologismes tirés de l’arabe, aujourd’hui devenus incompréhensibles.

Si l’influence de l’italien se poursuit du temps des Britanniques, qui encouragent au XIXe siècle l’émigration des exilés politiques italiens, elle s’accompagne d’une double montée en puissance : celle du maltais et celle de l’anglais. Dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, des initiatives individuelles de savants locaux font faire au maltais ses premiers pas vers un statut de langue littéraire. Les tentatives sérieuses de description et de standardisation apparaissent avec les travaux de Soldanis puis de Vassalli, parus entre 1770 et 1798. Tous deux s’efforcèrent aussi, mais sans succès, d’imposer une orthographe unifiée et un enseignement du maltais dans les écoles. Vassalli rencontra tout de même un écho favorable auprès du colonisateur britannique et fut le premier titulaire de la chaire universitaire de maltais instaurée en 1825.

La volonté de certains Maltais de faire accéder leur langue maternelle à une reconnaissance sociale, animée par les idéaux de la Révolution française, s’est trouvée, plus tard, à la fois confortée et fragilisée par l’irrédentisme italien. Confortée, car le sentiment nationaliste et anticolonialiste de certains les conduisit à militer en faveur de l’enseignement du maltais. Fragilisée, car d’autres, tout aussi nationalistes et anticolonialistes, mettaient en avant leur sentiment d’appartenance à la sphère culturelle et politique italienne, et non un attachement, jugé ridicule, à une langue maternelle non écrite et, de ce fait, déconsidérée.

La résistance d’une partie importante des Maltais à l’introduction de l’anglais et du maltais à l’école sera très vive pendant plus d’un siècle. Entretenue au départ par l’Eglise catholique, qui redoutait une manœuvre du prosélytisme protestant, cette opposition avait essentiellement un fondement économique : juristes, notaires, commerçants, élite italophone s’opposaient à l’émergence d’une politique linguistique volontariste qui risquait de remettre en cause leur suprématie intellectuelle et économique. L’introduction du maltais ou de l’anglais aurait en effet ouvert au plus grand nombre l’accession à leurs professions. Ils rencontraient un écho favorable auprès de la population analphabète de l’archipel et, plus d’une fois, ils réussirent à mobiliser l’opinion par des pétitions et par des manifestations, dont la plus impressionnante rassembla, en 1901, un cinquième des habitants.

De leur côté, les Britanniques pensaient mieux implanter leur pouvoir politique et détacher Malte de la sphère d’influence italienne en imposant l’anglais dans les administrations et les écoles. Les revendications en faveur du maltais servaient leurs ambitions, car ses partisans étaient hostiles à l’impérialisme linguistique de l’italien sans être réfractaires à l’introduction de l’anglais, dont les Britanniques avaient su faire un instrument de promotion sociale qui sapait l’ancien monopole économique de la bourgeoisie locale, très italophile.

Londres s’impose

Tant la montée du fascisme que la résurgence des revendications italiennes sur Malte, soutenues par une partie des Maltais antibritanniques, finirent par conduire Londres à imposer des mesures radicales : suppression de l’italien comme langue officielle et administrative, adoption du maltais et de l’anglais comme langues officielles en 1933, adoption en 1934 d’un alphabet officiel maltais en caractères latins, mis au point par l’Union des écrivains maltais dix ans plus tôt, enseignement obligatoire du maltais à l’école la même année.

A l’indépendance, le 21 septembre 1964, le maltais devient, avec l’anglais, la langue officielle de la jeune république dont la capitale est la Valette, mais il en est la seule langue nationale. Le 1er mai 2004, le maltais est aussi devenu, non sans d’âpres résistances internes, l’une des langues officielles de l’Union européenne. Aujourd’hui, les Maltais sont presque tous bilingues maltais-anglais, et très souvent aussi, malgré un déclin certain de l’italien, trilingues maltais-anglais-italien. Si l’influence de l’anglais sur le maltais se fait grandissante, elle n’empêche pas la langue de continuer à vivre, ni la littérature écrite en maltais de continuer à fleurir.

(Article tiré du Monde diplomatique, 2010)

 

Lire aussi : 

Malte, sentinelle de la Méditerrannée

Lire la suite»

Les luzzi, qui sont des barques de pêche colorées, sont nombreuses dans le port de Marsaxlokk.

La plupart des luzzi (luzzu au singulier) possèdent les yeux d’Osiris à la proue pour s’attirer sa protection.

 

image.jpg
Luzzu

 

Osiris est un dieu de la mythologie égyptienne. Tué par son frère cadet Seth, il est ressuscité par ses soeurs Nephtys et Isis pour une union avec cette dernière qui est aussi sa femme. Il en naîtra Horus qui triomphera de son oncle Seth pour régner sur l’Egypte. Horus, représenté avec une tête de faucon, est associé au Bien et est considéré comme le premier pharaon dont les suivants sont des incarnations. Quant à Osiris, il est le juge des âmes des défunts, mais aussi le dieu des flots du Nil.

Dessiner ses yeux à l’avant des barques est sans doute une tradition qui remonte au temps des Phéniciens et qui a perduré même après la christianisation de l’archipel.

 

Lire aussi :

Malte, sentinelle de la Méditerrannée

Lire la suite»

À 2 H 30 de Paris, Malte ne saurait se résumer au triptyque soleil-plage-farniente. Le plus petit pays de l’Union européenne, carrefour entre Orient et Occident, a été le creuset de toutes les civilisations de la Méditerranée. Fief des chevaliers de l’Ordre de Malte, La Valette regorge de splendeurs architecturales et de trésors artistiques. Une destination week-end à (re)découvrir, en forme de voyage dans le temps.

C’est l’une des plus belles capitales de la Méditerranée. Tout, à La Valette, témoigne du riche passé de Malte, cette île au confluent des civilisations méditerranéennes, entre Orient et Occident. Fondée au XVIe siècle, la capitale maltaise est, pendant deux siècles, celle de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Le fief des chevaliers de l’ordre de Malte. De fait, La Valette se retrouve alors à la tête de l’une des grandes puissances économiques et politiques du bassin méditerranéen.

Aujourd’hui, cette cité de calcaire doré, bâtie sur un éperon rocheux s’avançant dans le bleu de la mer, semble ne pas avoir changé. Immuable et aristocratique, La Valette a tout d’un rêve de pierre surgi de l’un des plus beaux ports d’Europe, le Grand Harbour (photo) formé de plusieurs baies et marinas. De la ville, depuis les quais et les fortifications, on peut admirer le ballet incessant des luzzus (petites barques colorées), des ferries et des paquebots. De la mer, lors d’une croisière dans le port, on contemple, le souffle coupé, les fortifications, les palais, les coupoles, les flèches des églises, les immeubles tantôt austères, tantôt baroques…

Une fois la porte de la ville passée, le visiteur a l’impression de remonter dans le temps. Bâtie selon un plan en damier, La Valette était une place forte stratégique, construite sous la menace ottomane. Pratiquement toutes les rues semblent terminer leur course dans le bleu de la Méditerranée. Les immeubles austères, parfois vétustes, arborent jalousies mi-closes et vérandas colorées. Ça et là, une cabine téléphonique rouge rappelle l’héritage britannique.

Ailleurs, du linge pendu aux fenêtres forme un écho plébéien aux ors des palais et des auberges portant encore les armoiries des chevaliers. On se croirait à Naples, en Sicile, voire (sacrilège !) à Istanbul. Le promeneur déambule dans un conservatoire historique de la Mare Nostrum. La nuit, les rues sont désertées, car presque personne n’habite à La Valette (7 000 habitants). La ville prend alors des allures mystérieuses, on s’attendrait presque à voir surgir, au coin d’une rue, un chevalier.

Peu étendue, La Valette se visite à pied. Avant de parcourir la ville, il faut faire une halte aux Upper Barraca Gardens (jardins du haut Barraca), tout proches. Ce parc ombragé, construit au-dessus des fortifications sud de la ville, offre une vue inoubliable sur le port et les Trois Cités. Tous les jours à midi, les canons de la Saluting Battery tirent une salve, une cérémonie vieille de plusieurs siècles.

Se perdre dans ses ruelles pavées du XVIe siècle est un pur bonheur. En chemin, on croise d’anciens palais ou des auberges où dormaient les chevaliers. La plupart abrite aujourd’hui des bâtiments officiels et ne se visite pas. Coup de cœur pour la superbe auberge de Castille, de Leon et du Portugal, reconstruite au XVIIIe siècle. L’auberge de Provence sert d’écrin au musée national d’Archéologie, où on peut admirer mégalithes préhistoriques, vestiges des temples de Malte et la fameuse Venus maltaise de Hagar Qim.

Autre témoignage de la splendeur du patrimoine maltais : le palais des Grands-Maîtres, siège du gouvernement à l’époque des chevaliers, édifié au XVIe siècle et embelli au XVIIIe siècle. Plus loin, sur Republic Street, qui traverse la ville de City Gate au Fort Saint-Elme, la Casa Rocca Piccola mérite le détour. Cette demeure, qui appartient à l’une des grandes familles maltaises, est ouverte à la visite. Ambiance viscontienne assurée.

L’austérité extérieure de la co-cathédrale Saint-Jean, joyau de l’île, contraste avec la profusion baroque de sa décoration intérieure qui n’a rien à envier aux plus belles églises italiennes. C’est d’ailleurs à un peintre calabrais, Mattia Preti (1613-1699), que l’on doit les extraordinaires peintures de la voûte. On peut admirer également ses tableaux au musée des Beaux-Arts de l’Admiralty House.

Le dallage de la cathédrale est exceptionnel : il est composé de 374 pierres tombales en marbre coloré, richement décorées, sous lesquelles reposent les chevaliers les plus illustres de l’ordre de Malte. On compte huit chapelles latérales, chacune consacré à l’un des groupes linguistiques des chevaliers. À côté, le musée Saint-Jean recèle deux trésors : la Décollation de saint Jean et Saint Jérôme écrivant, deux toiles du Caravage qui s’était réfugié à Malte en 1607. Mais le sulfureux peintre ne fut jamais chevalier…

Une mini-croisière en bateau dans le Grand Port (Grand Harbour) permet d’appréhender la beauté des lieux. Face à La Valette, nichée dans trois anses de ce rivage très découpé, les Trois Cités rivalisent de beauté, malgré la proximité des docks et des chantiers navals. Vittoriosa (Birgu), Senglea et Cospicua sont aujourd’hui de paisibles cités populaires, dont les ports sont transformés en marinas pour yachts très chic.

Facilement accessible en bus depuis La Valette, Vittoriosa mérite le détour. Elle fut, avant le siège ottoman de 1565 et la construction de La Valette, le premier fief des chevaliers. Au cœur du labyrinthe de ses ruelles très étroites, à l’atmosphère très méditerranéenne, s’élèvent de somptueuses auberges des chevaliers ou le palais de l’Inquisiteur, un édifice très baroque.

Enfin, si on dispose de quelques jours pour visiter, il est très facile de rayonner en bus au départ de La Valette. À moins d’une heure, Mdina est un parfait complément à la visite de La Valette. Cette superbe cité fortifiée médiévale dévoile ses ruelles, sa cathédrale baroque et ses palais aux murs dorés à l’intérieur de ses remparts. À visiter en fin d’après-midi, quand ses rues désertées s’offrent, en toute quiétude, à la contemplation.

 

 

Lire la suite»

Comino, la troisème île de l’archipel maltais, est située entre Malte et Gozo.

Faisant seulement 3,5 km2, il n’y a pas de voitures à Comino et à part un hôtel, l’île est totalement inhabitée.

La principale attraction de l’île est le Lagon Bleu, une crique abritée d’eau aigue-marine lumineuse sur du sable blanc et une promenade journalière en bateau de croisière ou en voilier.

Il vaut la peine de visiter Comino tout au long de l’année et l’île est idéale pour les randonnées et photographes en hiver. Sans zones urbaines ou voitures, on peut sentir le thym sauvage et autres herbes.

Comino était habitée pendant la période romaine, mais n’avait pas beaucoup d’importance jusqu’à ce que les Chevaliers arrivent. Elle a ensuite tenu un double rôle : celui de terrain de chasse et celui de poste de ravitaillement de défense de l’archipel contre les turcs ottomans.

L’île a prouvé être une base utile pour les pirates qui opéraient dans la méditerranée centrale et bien que désolée et désertique aujourd’hui, elle abritait des sangliers et des lièvres lorsque les Chevaliers y arrivèrent en 1530. Les Grands Maîtres ont pris de grandes mesures pour s’assurer que leur jeu sur Comino était protégé : toute personne qui enfreignait l’embargo sur la chasse pouvait s’attendre à servir trois ans comme esclave de galère.

Après la deuxième guerre mondiale, Comino demeura un coin perdu jusqu’à ce que sa chance ravive avec le tourisme dans le milieu des années 60.

 

Lire la suite»

La fascinante histoire de l’île de Gozo est intimement liée à celle de sa grande sœur Malte. Gozo partage l’héritage coloré des nombreux peuples différents qui ont envahi les îles maltaises, y ont commercé et les ont colonisées au cours des sept mille dernières années.

L’habitat humain remonte ici à approximativement 5000 ans av. J.-C. et les premières traces se trouvent à Gozo. Les premiers colons venaient de Sicile, à environ 88 kilomètres au nord, et ils auraient donc atteint Gozo avant Malte. Dès 3600 av. J.-C., les habitants de Gozo bâtissaient des structures en pierre élaborées, dont les Temples Ġgantija, qui comptent aujourd’hui parmi les plus anciens bâtiments de pierre autoporteurs du monde. Leurs vestiges, classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, peuvent être observés à ix-Xagħra.

Les archives historiques commencent avec les Phéniciens, les célèbres marchands méditerranéens originaires du Liban actuel, qui ont introduit la teinture et le commerce maritime à Malte. Leur proches parents, les Carthaginois, leur ont succédé et, après une brève période d’influence grecque et trois guerres puniques, Gozo ainsi que Malte ont été intégrées à l’Empire romain. Les Romains ont introduit le code de loi et ont utilisé les îles maltaises comme base pour les exportations de miel et d’huile d’olive. Ils ont laissé derrière eux des villas aux somptueux sols en mosaïque et un dédale de catacombes romaines tardives.

Le christianisme fut introduit à Malte en 60 après J.-C. par Saint-Paul et s’est vraiment implanté sous les Byzantins, originaires de l’Empire romain oriental. À la fin du IXe siècle après J.-C., les Arabes, après avoir pris la Sicile, se sont emparés des îles maltaises. Ils ont introduit le moulin à eau et le coton qui s’est avéré être le pilier économique des îles au cours des siècles suivants. Les Arabes ont influencé notre langue actuelle, ont donné leur nom à Malte et à Għawdex (Gozo en maltais), de même que les plus anciens noms de village et de famille des îles.

Les Normands rétablirent le christianisme sur Malte et Gozo en 1090. Il s’ensuivit une période au cours de laquelle les îles maltaises passèrent aux mains des aristocraties d’Allemagne, de France et d’Espagne. Les îles furent tour à tour prises par les Souabes (1194), les Angevins (1268), les Aragonais (1283) et enfin les Castillans (1410). Malte et Gozo furent souvent gérées en fiefs selon le système féodal alors en vigueur dans toute l’Europe. Il reste peu de traces écrites de cette période, mais à Gozo, les Angevins avaient un cimetière là où se trouve aujourd’hui ir-Rabat , où les nobles français et les victimes des croisades ont certainement été enterrés. Plusieurs pierres tombales et artefacts de la période furent sauvés de la destruction et peuvent encore être trouvés au musée d’archéologie d’ir-Rabat (Victoria).

La période cruciale des chevaliers de l’ordre hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem –connus également sous le nom de chevaliers de Malte – débuta en 1530, après qu’ils eurent perdu leur base de Rhodes au profit des Turcs ottomans. Les chevaliers régnèrent sur Malte jusqu’à l’arrivée de Napoléon en 1798. Au début, les nouveaux dirigeants espéraient encore reprendre Rhodes et, par conséquent, ne renforcèrent pas correctement les défenses des îles, les laissant vulnérables aux attaques encore plus féroces des corsaires turcs. Gozo, en particulier, souffrit énormément.

En 1551, une puissante force navale turque tenta d’envahir Malte. Elle fut repoussée et, plutôt que de partir les mains vides, les Turcs attaquèrent l’île moins bien protégée de Gozo, assiégeant la Citadelle au centre de la capitale. Ses murs médiévaux croulant sous le feu constant des canons, la Citadelle résista, assaut après assaut jusqu’à ce que, ayant perdu tout espoir d’une aide de Malte, les assiégés implorent une capitulation honorable. Tragiquement pour la population (qui comptait alors 5 000 âmes), les termes de la reddition furent loin d’être honorables : hormis 40 des plus âgés et infirmes, l’ensemble de la population de Gozo fut enchaînée et emmenée en esclavage.

Les raids turcs s’achevèrent avec le Grand Siège de Malte en 1565. Les chevaliers de Saint-Jean et les Maltais remportèrent de peu une victoire qui calma l’ardeur ottomane à attaquer les villes maltaises et amena l’ordre de Saint-Jean à s’établir définitivement à Malte. Il en résulta la construction d’une nouvelle capitale fortifiée, La Valette, puis enfin le renforcement des fortifications de Gozo.

Les 230 années qui suivirent furent une période de relative prospérité. La population augmenta, les villages devinrent des villes, les zones côtières furent repeuplées et l’architecture baroque se répandit à travers les îles. Ce fut à cette époque qu’apparurent bon nombre des symboles maltais actuels, des églises aux impressionnantes fortifications.

Le règne des chevaliers s’acheva brutalement en juin 1798 lorsque Napoléon s’empara des îles avec une facilité surprenante. Le Grand Maître capitula après une résistance faible, sporadique et désordonnée. Napoléon fit une entrée grandiose à La Valette et, en moins d’une semaine, le Grand Maître Von Hompesch, accompagné de quelques chevaliers, quitta l’île sans cérémonie. Malte fut intégrée à la République française aux idéaux révolutionnaires. Lors de son court séjour à Malte, Napoléon abolit la noblesse, modifia les lois civiles et introduisit l’éducation pour toutes les classes. Il lança également le système judiciaire de procès par un jury, quelque chose d’impensable dans les cours royales qui régissaient encore la majeure partie de l’Europe.

Les Français, manquant cruellement d’or pour payer l’armée, entreprirent de dépouiller les palais, les auberges et autres bâtiments de tout ce qui avait de la valeur – une pratique peu susceptible de leur attirer la sympathie de la population locale. Le gouverneur français, oubliant bien commodément ses promesses antérieures, porta ensuite son attention sur les églises. La colère grondait déjà au sein de la population très religieuse et le pillage de ses églises fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Trois mois seulement après leur arrivée, les Français étaient dans de sales draps.

Gozo fut la première à renverser les occupants français. Sous le commandement de l’archiprêtre Saverio Cassar, les Gozitains se révoltèrent et encerclèrent les Français dans la Citadelle ainsi qu’à Fort Chambrai (au-dessus du port de Mġarr). Peu de temps après débarqua à Gozo un petit nombre de troupes britanniques auxquelles les Français se rendirent en octobre 1798. Sur Malte, la garnison française se barricada à La Valette pendant deux ans, mais là aussi ils finirent par tomber devant les Maltais et leurs alliés britanniques.

Selon les termes du Traité de Paris (1814), Malte fut déclarée possession britannique. Tandis que la vapeur remplaçait la voile, Malte devint un important centre pour le charbon, à plus forte raison après l’ouverture du canal de Suez en 1869. Le problème constant de l’approvisionnement en eau bénéficia également d’une attention urgente. À Gozo, un aqueduc fut construit pour apporter de l’eau douce à ir-Rabat (Victoria). Une partie de celui-ci est encore debout aujourd’hui, coupant la route principale entre l’ouest de l’île et la capitale. Une autre construction britannique encore opérationnelle est le phare Ta’ Ġurdan, qui se dresse fièrement au-dessus du village de l-Għasri.

Ce fut au cours de la période britannique que Gozo devint un diocèse distinct de celui de Malte. Les Gozitains avaient envoyé des pétitions au Pape depuis 1798 pour qu’il leur accorde un diocèse indépendant. Enfin, le 9 juin 1855, trois représentants de Gozo soumirent la question lors d’une audience privée avec le pape Pie IX. Le souverain pontife compréhensif eut pitié des pétitionnaires et promit son aide. Toutefois, ce ne fut que le 16 septembre 1864 que Pie IX, par la bulle papale Singulari Amore (avec un amour particulier) permit aux îles de Gozo et de Comino de se séparer du diocèse de Malte. Le 22 septembre 1864, l’évêque Buttigieg fut élu premier évêque de Gozo et, le 23 octobre, il fit son entrée solennelle dans la cathédrale Santa Marija de la Citadelle de Gozo.

L’importance militaire de Malte et de ses îles fut clairement démontrée au cours de la guerre de Crimée (1854-1856) et de la première guerre mondiale (1914-1918), lorsque Malte devint une base arrière pour le départ de troupes et un centre d’accueil pour les blessés. Mais ce fut lors de la deuxième guerre mondiale (1939-1945) que Malte se retrouva en première ligne des opérations et joua un rôle stratégique crucial. Gozo manquait de cibles d’importance militaire et s’en sortait mieux que l’île principale de Malte, qui était la cible constante des raids aériens de l’Axe et plia presque sous le poids de la faim et de la privation. Elle fut sauvée par le convoi de Santa Marija qui arriva juste à temps le 15 août 1942. Quelques mois auparavant, le roi George VI avait attribué la croix de George du courage à toute la population de la Forteresse insulaire de Malte.

Après le chaos de la guerre, les îles maltaises entreprirent leur reconstruction : des partis politiques émergèrent et exprimèrent leur désir d’indépendance. Entre-temps, l’empire britannique se transformait lentement en Commonwealth des nations et Malte perdait son importance militaire stratégique. L’île demanda officiellement son indépendance au gouvernement britannique en 1962 et, après d’âpres négociations, celle-ci fut accordée le 21 septembre 1964.

Malte, qui ne regarde jamais en arrière, devint une république en 1974 et, le 31 mars 1979, les derniers soldats britanniques quittèrent le Grand Port lors de ce qui est aujourd’hui connu comme le jour de la Liberté. Enfin, par référendum populaire, Malte rejoignit l’Union Européenne le 1er mai 2004. 

Lire la suite»

 

Gozo, avec ses 68 km², est une entité géographique et historique différentes de celles de Malte.

Ce peuple de pêcheurs et d’agriculteurs a souvent été qualifié d’austère, réservé et même un peu têtu. Les paysages sont verdoyants, et les collines ainsi que les côtes sont sauvages.
Les fêtes villageoises y sont particulièrement exubérantes.
Arriver à Gozo
Pour arriver à Gozo depuis la Valette, on passe devant Comino, un îlot rocheux de 2,5 km², où poussent de rares pins et mimosas, et qui doit son nom au cumin, épice autrefois cultivée dans l’île. Aujourd’hui, la population sur Comino ne dépasse pas une dizaine de personnes, auxquelles s’ajoutent en saison les résidents des deux hôtels. Les eaux remarquablement limpides, entre celles du lagon Bleu, attirent de nombreux amateurs de plongée sous-marine.
L’arrivée à Gozo se fait souvent par le petit port de Mgarr, dominé par la dernière forteresse construite par les chevaliers, le Fort Chambray, qui n’est pas visitable.
Victoria
De son ancien nom « Rabat « , Victoria est la principale ville de Gozo, avec ses 6500 habitants.
Elle a été rebaptisée en 1897 pour commémorer les 60 ans de règne de la reine Victoria. Tant par les fortifications de sa citadelle que par sa position sur un haut plateau au cœur de l’île, cette cité habitée depuis l’époque romaine fait songer à Mdina.
S’il ne subsiste aucun vestige de cette période, la citadelle ou  » Gran Castello  » témoigne des terribles incursions turques dans l’île. Ainsi, en 1551, les troupes de Sinan Pacha et de Dragut prirent d’assaut la citadelle et emmenèrent en captivité environ 7000 Gozitains pour les vendre en esclaves.
Après l’ascension du  » Castle Hill  » qui conduit à la citadelle, se dresse la cathédrale, un élégant édifice de style baroque construit entre 1697 et 1711.
Sur le plafond plat, une peinture en trompe l’œil suggère avec beaucoup d’habilité la présence d’une coupole. On remarquera également les pierres tombales en marbre du sol et leurs décorations souvent macabres. Le musée de la cathédrale abrite une collection d’objets religieux. La citadelle abrite également le Musée folklorique qui contient des costumes et des outils agricoles et qui retrace la vie quotidienne des Maltais depuis plusieurs siècles. Aux abords de la cathédrale se trouve le Musée de Gozo renfermant entre autre les vestiges préhistoriques découverts dans les différents sites de l’île et particulièrement à Ggantija. Dans l’artère principale de Victoria ont lieu le 18 juillet (fête de Saint Georges) des courses réputées de chevaux, d’ânes et de mulets.
Les temples préhistoriques de Ggantija
Situés à la périphérie du gros bourg de Xaghra ces deux temples forment l’ensemble mégalithique le plus complet et le mieux conservé de l’île.
Connus depuis le XVIIIème siècle, ils ne furent véritablement mis à jour qu’à partir de 1828. Par la suite, les travaux se sont poursuivis et les dernières fouilles remontent à 1953. Le terme de Ggantija signifie  » tour des géants « . Enormes dalles dressées, ces murs de 6m gardent dans le paysage une puissance mystérieuse.
Le mieux conservé des 2 temples, est le plus vaste. Il comportait à l’origine cinq salles. Certains murs internes portent la trace d’inscriptions. En entrant, sur la gauche, on note la présence de pierres sphériques qui servaient vraisemblablement à transporter les énormes dalles dont le poids dépasse parfois les 50 tonnes. On y trouve également un récipient rectangulaires qui servait à la purification, et des restes d’autels en pierre, utilisés notamment lors des sacrifices d’animaux. On estime que la date de construction des 2 temples remonte à 2800-2600 avant J.-C.
Toute la région de Xaghra a dû être habitée à l’époque préhistorique, comme en témoigne, entre autres, un dolmen en ruine sur l’éperon central du versant Nord. Près de Xaghra, on peut visiter également un moulin et 2 cavernes dont celle de Ninus qui est décorée de dessins préhistoriques.
Dwejra Bay
Non loin de cette localité se trouvent trois curiosités touristiques et géographiques :
– La mer intérieure : en cet endroit, la mer pénétrant par une ouverture naturelle a formé un petit lagon surnommé Inland Sea. La vue sur la côte y est très belle.
– Le Fungus Rock : un roc isolé surgit des flots et ferme l’entrée de Dwejra Bay. Sur ce rocher pousse un champignon considéré comme rare, le Cynomorium coccinum, utilisé autrefois dans le traitement des dysenteries et des hémorragies. Longtemps, la récolte en a été réservée à l’Ordre. Le Grand Maître Pinto, quelque peu alchimiste et qui croyait aux vertus universelles de ce champignon (certains le prétendaient même aphrodisiaque), avait fait bâtir une tour sur le rivage, en 1651 pour décourager les contrebandiers.
– L’Azur Window : la fenêtre d’azur forme sur la mer une monumentale arche naturelle. En s’y engouffrant, l’eau dessine un petit lagon dont la limpidité ravit les amateurs de plongée. Dans la baie, des barques de pêcheurs peuvent conduire au pied de l’arche. Les falaises environnantes composent un paysage maritime particulièrement sauvage.
Grotte de Calypso
A Gozo, on trouve la grotte dite de Calypso, endroit qui aurait abrité les amours de la nymphe avec Ulysse.
Xlendi
Xlendi est un charmant petit village situé dans un site naturel au fond d’une longue crique étroite, cerné par deux hauts éperons rocheux et protégés par une tour de guet bâtie en 1658.

 

 

Lire aussi :  

Histoire de Gozo

Lire la suite»
Le faucon Maltais
12 mai2017

Après que l’ordre eut été chassé de Rhodes en 1523, l’empereur Charles Quint céda en 1530 l’île aux chevaliers (un prêt gratuit et à long terme en somme) à condition qu’ils paient un tribut annuel symbolique sous forme d’un véritable faucon vivant.

 

                       image.jpg

                          Charles Quint, peint par Rubens

 

Pour marquer leur gratitude à l’égard de l’empereur, au lieu d’un oiseau vivant, ils lui envoyèrent la statue d’un faucon en or massif, incrustée de pierres précieuses. Mais la statue aurait été volée, passant de main en main au fil des siècles, pour parvenir chez un mystérieux général russe installé à Constantinople autour de 1930.

Lire la suite»
Ordre de Malte
12 mai2017

Des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem…

L’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem a été fondé en 1113 en Palestine pour gérer une maison d’accueil aux pélerins en Terre Sainte et à soigner les malades. Les Hospitaliers, qui ne devinrent un ordre miliaire que vers 1140, étaient vêtus d’une cape noire ornée d’une croix blanche de Jérusalem. Après la perte de la Terre Sainte en 1221, les Hospitaliers se réfugièrent d’abord à Rhodes en 1302. Expulsés de Rhode par Soliman le Magnifique en 1522 mais laissés libres, les Chevaliers se virent conférer par Charles Quint la possession de l’ile de Malte à la condition de poursuivre leur mission de repousser les Ottomans. 

… aux Chevaliers de Malte
Arrivés à Malte, les chevaliers s’établirent sur la côte, loin de la capitale historique Mdina, à l’endroit où se trouve aujourd’hui Vittoriosa qu’ils fortifièrent. Sous le règne du grand maître Jean Parisot de La Valette, les troupes de l’Ordre résistèrent à une invasion ottomane en 1565, le fameux Grand Siège. L’année suivante, la construction de La Valette commençait. C’est le moment de gloire de l’Ordre. 

 

image.jpg

Jean Parisot de La Valette
Les chevaliers de Malte s’illustrèrent dans toutes les grandes batailles contre l’Empire Ottoman notamment à la célèbre bataille de Lépante en 1571 où la flotte de la Sainte Ligue mit en déroute la flotte ottomane d’Ali Pacha. A cette époque, l’Ordre était souverain, avait sa propre flotte et sa propre armée, battait monnaie et comme les Templiers avant eux, faisait office de banque dans toutes les cours d’Europe. Le drapeau de l’Ordre reprenait la croix de Saint-Jean des origines mais dans sa forme géométrique définitive, cette fois blanche sur fond rouge.
Les chevaliers toutefois perdirent progressivement leur raison d’être. S’embourgeoisant, ils cessèrent d’être une menace contre les Ottomans, moins menaçants par ailleurs. Si bien qu’ils commencèrent à être relativement impopulaires auprès de la population maltaise. Le débarquement de Bonaparte à Malte en 1798 précipita la fin de l’Ordre à Malte. Les chevaliers durent quitter l’île et le départ des Français ne changea rien à leur exil, les Maltais préférant la suzeraineté britannique à la tutelle de l’Ordre. 

 

L’Ordre de Malte
Ce dernier s’est transformé en ordre ecclésiastique à vocation caritative. Le gouvernement maltais a autorisé l’Ordre à revenir à Malte en 1998 qui s’est installé au fort Saint-Ange au cœur de La Valette.

Lire la suite»
Victoria
12 mai2017

Toutes les routes de Gozo convergent vers Rabat-Victoria : la Citadelle, visible de quasiment tous les points de l’île, surplombe le paysage environnant.

La Citadelle de Gozo, construite sur des vestiges de l’ère néolithique, doit ses racines à l’époque médiévale : elle servit d’abri aux habitants contre les attaques des corsaires et des Sarrasins. En effet, la Gozitains furent réduits, à plusieurs reprises, en esclavage par ces assaillants.

citadel-gozo.jpg

                                 La citadelle, Victoria
Après le Grand Siège de 1565, les Chevaliers la transformèrent en un refuge défensif en cas de nouvelle attaque. Plus tard, en période pacifique, la population s’installa en dehors des fortifications et créèrent la ville de Rabat, aujourd’hui Victoria.
En pénétrant dans la citadelle, on aperçoit, en haut des marches, la cathédrale de Gozo de style baroque construite entre, 1699 et 1711 par l’architecte maltais, Lorenzo Gafa, aujourd’hui flanquée des statues des papes Pie IX et Jean-Paul II. Ses caractéristiques principales résident dans son plafond en trompe l’œil simulant l’intérieur d’un dôme et le beffroi à 5 cloches, situé à l’arrière.
Le musée d’archéologie, situé dans l’auberge de Provence à côté de la cathédrale, illustre l’histoire de Gozo de la période néolithique à l’époque moderne en présentant de nombreux artefacts, témoins de la richesse culturelles de Gozo : statuettes chamaniques, ancres votives, céramiques, récipients, ornements et tablettes phéniciennes et arabes.
En empruntant d’étroites ruelles, on peut atteindre le haut des remparts et là, avoir un magnifique panorama sur l’île et la citadelle.
Au pied de la citadelle, Victoria est le cœur animé de Gozo : les marchés et les boutiques en tout genre proposent des produits frais, fromages et vins, des antiquités et objets artisanaux, aussi bien que des filets de pêche, des vêtements tricotés et des travaux de dentelle.
La ville possède aussi une vie culturelle florissante, notamment, deux théâtres, et des courses de chevaux dans la rue principale, lors de la festa.

Lire la suite»
Canal de Malte
12 mai2017

Le Canal de Malte est situé au sud du territoire italien de la Sicile, et au nord de l’île de Malte, il est une frontière entre l’Italie et Malte.

 

Dans sa partie la plus étroite, entre le ras Il-Kbir de l’île de Gozo et la côte de Cava d’Aliga en Sicile, il est large de 81 kilomètres. Sa profondeur maximale est de 171 mètres.

 

Il délimite la mer de Sicile avec à l’ouest le Canal de Sicile.

 

               800px-Strait_of_Sicily_map.png

                                                  Canal de Malte

Lire la suite»

Située au sud de la Sicile, au centre géographique de la Méditerranée, Malte est aujourd’hui une République membre du Commonwealth britannique et de l’Union européenne.

image.jpg
Malte

 

L’île de Malte compose avec l’île de Gozo voisine un archipel de 300 km2, riche de 380.000 habitants. C’est aujourd’hui, avec une densité supérieure à 1000 hab/km2, l’un des pays les plus denses du monde. Ses habitants, catholiques fervents, parlent une langue apparentée à l’arabe, avec une écriture latine et de nombreux emprunts à l’italien et plus encore à l’anglais.

L’Histoire de Malte débute très tôt, au Néolithique, vers 4000 avant JC, avec l’émergence d’une civilisation sans doute portée par des immigrants venus de Sicile.

Les nouveaux-venus enterrent leurs morts dans des tombes collectives et produisent des poteries similaires à celles que l’on connaît en Sicile. Mais ils édifient également de grandes constructions mégalithiques avec de grands blocs de calcaire.

On peut y voir, près de mille ans avant les pyramides d’Égypte, la naissance de l’architecture monumentale. Ces constructions, sans doute à vocation religieuse, atteignent six mètres de haut et plus de vingt mètres de long. Elles comportent des chambres reliées par des couloirs.

Mais vers 2500 avant JC, sans que l’on sache pourquoi, les temples sont laissés à l’abandon. Il semble qu’une nouvelle population se soit alors installée sur l’île, amenant avec elle la métallurgie du bronze… et peut-être la guerre.

Malte voit défiler en deux millénaires Phéniciens, Grecs, Carthaginois, Romains, Normands et Aragonais. Saint Paul de Tarse y fait escale au cours de ses nombreux voyages à travers l’empire romain.

En 1530, l’île, tombée dans l’escarcelle de l’empereur Charles Quint, se voit cédée par celui-ci à l’Ordre de Saint-Jean deJérusalem. Il s’agit d’un ordre monastique très particulier, composé de moines-chevaliers et fondé en 1113 en Terre Sainte, pour soigner et protéger les croisés. (lire : Le faucon Maltais)

Chassé de Palestine par les Turcs, il s’est d’abord réfugié sur l’île de Rhodes avant d’en être chassé là aussi par les Turcs ottomans en 1523. Avec le soutien de l’empereur, les moines-chevaliers, au nombre de quelques centaines, édifient sur Malte une première forteresse pour prévenir l’offensive des Turcs ottomans et de leur sultan Soliman le Magnifique.

L’attaque survient le 18 mai 1565. Après six mois d’une résistance farouche, sous la conduite du Grand-Maître La Valette, les chevaliers finissent par repousser les Turcs. L’escadre ennemie met les voiles le 7 septembre 1565. C’est la fin du «Grand Siège»… et le début de la gloire pour l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Le Grand-Maître La Valette lance la construction d’une ville idéale et bien fortifiée à laquelle sera donnée son nom à sa mort. C’est aujourd’hui la capitale de l’île.

Les Maltais attribuent leur sauvegarde lors du Grand Siège de 1565 à l’intervention de la Vierge Marie. Ils ont fait en conséquence de sa Nativité, le 8 septembre, leur fête nationale.
N’ayant garde d’oublier leur vocation d’origine, les chevaliers de Saint-Jean mettent sur pied à Malte une «infirmerie de Saint-Georges», c’est-à-dire un hôpital, qui constitue pendant deux siècles un modèle d’hygiène et d’éthique médicale et chirurgicale. On y accueille blessés et malades sans discrimination de sexe, d’âge ou de confession, et bien sûr gratis pro Deo. On y accueille aussi des proscrits comme le peintre Le Caravage.

À la fin du XVIIIe siècle, les «Lumières» altèrent la cohésion de l’Ordre et lorsque l’escadre de Bonaparte en route pour l’Égypte se présente devant La Valette le 9 juin 1798, le Grand-Maître Ferdinand von Hompesch zu Bolheim est bien incapable de ranimer l’esprit du Grand Siège. Le général français lui offre de se retirer sans humiliation inutile.
Bonaparte s’installe aussitôt dans le fauteuil du Grand-Maître et édicte sans perdre un instant une volée de décrets qui secouent rudement la poussière des institutions séculaires…
Une garnison française de 4.000 hommes se charge de défendre l’île contre les convoitises britanniques.
Mais les mesures antireligieuses prises par les Français choquent la population profondément catholique de l’île et l’amènent à se soulever contre l’occupant.

Chassés de Malte par l’armée de Bonaparte, les chevaliers se réfugient à Rome, en se plaçant sous la protection du tsar de Russie.
Officiellement dénommé depuis 1961 Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, également connu sous les appellations Ordre de Rhodes ou Ordre de Malte, l’ordre religieux s’est adapté à l’époque contemporaine. Il est toujours reconnu comme souverain par une douzaine de pays auprès desquels il délègue ses ambassadeurs, et continue d’adouber les chevaliers : ceux-ci doivent présenter 32 quartiers de noblesse
Il demeure très actif dans le domaine humanitaire, dans le monde entier, faisant figure de précurseur des ONG modernes (Organisations Non Gouvernementales).

En 1800, la Royal Navy fait une entrée triomphale dans le Grand Port et, en 1814, par le premier traité de Paris, Londres obtient la cession de l’île de Malte (et de sa petite voisine, l’île de Gozo).

En 1941 et 1942, La Valette, placée entre la Sicile et la Libye où s’affrontent Italiens, Allemands et Britanniques, est soumise à des bombardements meurtriers, sans que l’Axe italo-allemand eût jamais les moyens de débarquer. L’héroïsme déployé par les habitants à cette occasion vaut à l’île de recevoir du roi George VI la Croix de Saint-Georges. Celle-ci figure depuis lors sur le drapeau de l’État.

L’île se constitue en république en 1974. Après quelques turbulences politiques, notamment sous le gouvernement de Dom Mintoff, elle entre dans l’Union européenne le 1er mai 2004. 

Lire la suite»
Sélection Pays Avis

Articles